EDDY COEURVOLAN, AGENCEUR PERENE, PARIS 7eme

Eddy Coeurvolan a toujours travaillé dans l’univers de la cuisine pour des marques de luxe.

Ce qui l’a séduit chez Perene, c’est la dimension humaine et relationnelle de la marque qui place le client au coeur de la démarche créative. « Perene n’impose pas un design ou un style comme certaines marques de luxe, mais permet de façonner un projet unique qui correspond parfaitement au client ». Une philosophie qu’il a fait sienne et qu’il aime mettre en musique chaque jour. Son showroom, qu’il gère avec Michel Duhaubois, est un espace atypique. Un lieu d’explorations où les sens sont mis en éveil.

Son rêve ? L’agencement intérieur d’un hôtel.

Passionné, inventif, curieux… ses sources d’inspiration ne connaissent pas de limites et reflètent ses passions : voyages, expos, histoire de l’art, opéra, gastronomie, montres vintage, oenologie, photographie, mode et sneakers…

A ce propos, nous avons interviewé Eddy Coeurvolan sur la passion qui anime son quotidien... les sneakers! Rencontre…

 

Eddy, comment est née cette passion ?

Adolescent, j’étais fan de sport, notamment de Basket-Ball. Il est tout naturel que l’on plonge dans l’univers vestimentaire de ces Stars. Pour moi la référence était Mickael Jordan.
Combien de modèle possédez-vous ?
J’ai commencé avec ma toute première paire de Jordan6 en 2000, aujourd’hui à 35 ans, je possède environ 200 paires et je les porte toutes !

Quels sont les modèles phares de votre collection ?

C’est toujours la première paire qui a une valeur sentimentale, mais j’ai aussi la fierté de posséder une paire acquise lors d’une vente spéciale, un modèle réalisé par Nike/Jordan pour l’hôpital de Tom Crochet aux Etats Unis. En effet une vente aux enchères pour le service des enfants malades de cet hôpital a lieu chaque année, autour d’un modèle fabriqué à seulement 1000 exemplaires dans le monde. Un produit rare qui raconte une histoire et qui pour moi à beaucoup de valeur. Il faut savoir qu’un modèle de Sneakers standard est fabriqué normalement entre 150 et 200 000 exemplaires. Posséder une paire fabriquée par Nike/Jordan à seulement 1000 exemplaires et pour une bonne cause, c’est le must pour un collectionneur comme moi !!!

Justement comment vous approvisionnez-vous ?

La plupart du temps je fais des échanges avec d’autres passionnés sur Facebook. Beaucoup de personnes rencontrées depuis sont devenus des amis, ce qui rend la chose beaucoup plus conviviale.
Il se peut aussi que je fasse de bonnes affaires sur le Bon le Coin, mais attention aux arnaques et aux copies !
Il arrive aussi que je me rende sur des salons à Paris ou en Europe, les « Sneakers Event » ou « SneakersNess ». On y retrouve des vendeurs professionnels mais aussi des particuliers, autour d’un concept dans lequel se rencontrent des Customisers, des restaurateurs d’anciennes paires etc… Les échanges dans ses salons sont passionnants, un peu comme tous les passionnés qui s’y retrouvent. 

Quel budget faut-il prévoir lorsque l’on souhaite commencer sa collection ?

On peut commencer par une paire à 100€, mais il est difficile de définir un budget, comme dans toutes les collections, les pièces rares peuvent valoir jusqu’à 30 000€.

Quel est le style que vous préférez parmi toutes les sneakers que l’on trouve sur le marché ?

Pour ma part, je suis très nostalgique de l’époque de MJordan, les années 84-85 jusqu’aux années 2000 ont ma préférence.

Assumez-vous votre passion avec votre travail ?

Oui, c’est mon style vestimentaire, et qui plus est aujourd’hui, j’ai la chance que ce soit vraiment dans l’air du temps. Il est vrai que si j’ai un rendez-vous plus conventionnel je fais attention pour le premier échange, mais il m’est arrivé d’avoir grâce à mes sneakers, des contacts clients très surprenants.