STEPHANIE, UNE CUISINE RAFFINÉE ET AUTHENTIQUE

Son regard d’une extrême douceur cherche la beauté en toute chose. Sa curiosité et son esprit esthète l’ont reconduite sur le chemin des études. Histoire de l’art. Comme une évidence. Stéphanie y trouve une source inépuisable d’inspiration pour son intérieur. 

Dire beaucoup avec peu. Certaines personnes accèdent à ce petit miracle. Certains lieux aussi. La demeure de Stéphanie est de ceux-là. À côté de Lyon, l’élégante maison bourgeoise de 1887, loin de tenir le visiteur à l’écart, l’invite à entrer avec toute la bienveillance des endroits qui possèdent une âme. L’âme des maisons de famille, dont le charme discret a immédiatement séduit les propriétaires. Les hauts plafonds et le volume des pièces sont magnifiés par la pureté des lignes claires. Chaque meuble, chaque objet y trouve naturellement sa place. Rien n’est superflu.

De quoi offrir de l’espace à l’essentiel : la famille et les amis. La cuisine tient fièrement le rôle de point focal de la maison, grâce à un îlot aux multiples usages. « C’est un endroit fabuleux. On y passe tout notre temps. » Le temps du goûter puis des devoirs avec les trois enfants. Le temps des rires lors d’un apéritif improvisé. Le temps des confidences aussi. Et celui des repas amoureusement concoctés, bien sûr.

Comme pour chacune de ses créations, Perene a su épouser les goûts de Stéphanie, notamment sa passion pour les salles des ventes où elle aime dénicher des tableaux, tout en apportant une réflexion globale sur l’agencement de la pièce à vivre. Il en résulte un équilibre délicat entre la modernité de la résine ou des coloris, et l’ambiance propre à cette ancienne bâtisse, accentuée par l’apport du bois sur les façades. « Les lignes de la cuisine sont sobres et élégantes, ses teintes chaudes et enveloppantes. » Véritable parenthèse enchantée dans le tumulte du temps.

J’aime son caractère affirmé, mais qui ne s’impose pas.